Si vous avez déjà essayé de perdre du poids, sans succès, que vous n’avez pas réussi à perdre le poids que vous vouliez ou que vous avez tout repris… Vous vous êtes auto-saboté.

Et ça peut faire peur de se dire qu’on s’empêche de réussir. Mais il y a toujours une bonne raison derrière notre auto-sabotage, ou plutôt, notre inconscient pense toujours qu’il y a une bonne raison.

Je me penche de plus en plus sur cet aspect de la diète et de la transformation physique, comme vous avez sans doute pu le voir dans mes dernières vidéos et articles.

La raison derrière cela est parce que je veux apporter de réels résultats. Et pour ça, je veux comprendre comment nous fonctionnons.

Et l’auto-sabotage, c’est quelque chose que je croise très fréquemment. Dans ma propre vie, mais aussi dans celle de mes clients.

Parfois ça peut même passer inaperçu, on peut même penser qu’on fait les bonnes choses… Alors que pas du tout.

Quelques exemples de sabotage personnel

Pour mieux comprendre, je vais partager avec vous quelques exemples d’auto-sabotage :

1. Ca va faire 4 semaines que vous êtes en déficit calorique. Tout va bien pour vous, donc vous vous dites que vous allez intensifier le déficit calorique. Au lieu de suivre les indications que vous aviez, vous commencez à manger de moins en moins. Au final, vous perdez plus de poids pendant 2 semaines puis arriver à un plateau de poids, malgré le peu que vous mangez, vous ne perdez plus de poids. Vous êtes dégouté, vous arrêtez le régime, recommencez à manger (pour vous conforter de cet échec) et reprenez tout le poids perdu et un peu plus.

2. Vous avez 20 kilos à perdre et aucune idée de la marche à suivre (engagez un coach si c’est le cas). Vous décidez de ne pas engager de coach parce que XYZ raisons (la plus fréquente étant : je n’ai pas l’argent pour – alors qu’inconsciemment, cela n’a rien à voir avec l’argent, mais plutôt avec la peur de réussir, parce que si vous réussissez, qu’est ce qui se passe après ? Vous serez en territoire inconnu – l’échec est connu et confortable, la réussite… Ca, c’est l’inconnu, d’où la peur de réussir) et vous vous lancez seul dans cette perte de poids. Evidemment, vous commencez le régime trop agressivement et perdez beaucoup de poids rapidement. Vous êtes encouragé par la situation, jusqu’au moment où votre poids ne bouge plus beaucoup. Vous avez perdu 12 kilos en 8 semaines, mais vous ne mangez maintenant presque aucune calorie et ne perdez plus de poids. Vous vous retrouvez coincé.

3. Inconsciemment, vous pensez que vous n’arriverez jamais à avoir le physique que vous désirez parce que XYZ raisons. Vous faites une diète parfaite parce que vous avez eu les bonnes indications (d’ailleurs, si vous voulez les bonnes indications, je vous renvoie vers mon ebook Sec&Musclé A Vie) et transformez votre physique. Seulement, votre image de vous-même est en conflit directe avec votre nouvelle apparence. Vous ne vous reconnaissez plus et commencez à manger pour évacuer cette sensation de perte de repères.

4. Vous pensez, tout au fond de vous même, que pour obtenir (celui-là, c’est le mien ;)) des résultats, il faut travailler dur, à la limite du possible. Vous décidez donc de vous astreindre à un rythme de vie qui n’est pas le votre, à manger les choses que vous n’appréciez pas et à faire trop de sport. Fréquemment, avec cette croyance, on pense qu’on ne mérite pas de recevoir quelque chose si on n’a pas travaillé pour. Et c’est une croyance assez réaliste, sauf qu’emotionnellement ça se transforme en « je ne ferai jamais assez ». Vous vous retrouvez submergé par les choses à faire, commencez à croire que vous n’y arriverez jamais, augmentant la pression pour faire plus encore, menant à une explosion intérieure et à des craquages à répétitions (comme une casserole sous pression qui laisse échapper du gaz). Ceci menant à une croyance renforcée qu’il faut travailler encore plus et que vous n’arriverez pas à atteindre vos objectifs.

Il y a plein d’autres exemples. Je vais vous laisser un dernier :

La diète se passe bien, vous perdez du poids facilement et rapidement, mais inconsciemment, vous êtes mal à l’aise. Le déficit calorique vous rend plus irritable et plus nerveux. Vous commencez petit à petit à accumuler le désir d’en finir rapidement à cause de cet inconfort. D’autant plus que la diète se passe bien, donc vous pourriez accélérer. Vous ne savez pas vraiment comment la diète va se passer, juste que ça devient inconfortable. Donc, vous vous retrouvez mal à l’aise et à l’inconnu, accentuant ce malaise. Pour sortir de cette situation, vous décidez de diminuer votre apport calorique. Après 3 semaines, vous arrêtez le régime parce que vous ne pouvez plus supporter les basses calories.

Dans chacune des situations (attention, ça va faire mal), vous avez eu ce que vous vouliez inconsciemment.

Et c’est pour cela que nous nous auto-sabotons. Parce que notre conscience veut une chose différente de notre inconscience.

D’un côté, vous voulez perdre du poids, mais vous ne voulez pas devoir manger moins.
Ou, vous voulez perdre du gras et êtes prêt à manger moins mais vous ne vous voyez pas comme quelqu’un de fit et de bien dans sa peau.

Votre inconscient fera toujours tout ce qu’il peut pour maintenir toutes les croyances que vous avez sur vous-même et sur les autres.

Si vous pensez que les régimes doivent être durs, votre régime sera dur.
Si vous pensez que vous êtes gros, vous serez gros.

Dans la vidéo ci-dessous, nous allons discuter ce phénomène de sabotage. Cliquez sur la vidéo pour en savoir plus !

Si vous voulez que je vous suive lors de votre transformation physique (et si vous suivez mes indications, vous réussirez), envoyez-moi un mail à kevin@sculptetoncorps.com
ATTENTION : Je ne peux suivre que les personnes étant prêtes à suivre leur apport caloriqe !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *