Oulà, sujet chargé !

    C’est la période actuellement, tout le monde veut être prêt(e) pour la plage, et parfois certaines personnes vont même mettre en place leur diète hardcore afin de perdre le plus de gras possible.

    Et je dis, génial, mieux vaut perdre du gras que de ne pas en perdre.

    Mais souvent, mieux vaut éviter de faire une diète inutile, qui entrainera une autre juste pareille dans quelques mois.

    Parce que, vous voyez, faire une diète/régime, ce n’est pas anodin.

    Non pas que c’est mauvais pour la santé. Au contraire, il est maintenant scientifiquement prouvé que manger moins est bon pour la santé, et que le déficit calorique (donc manger moins que ce dont le corps a besoin, comme faire un régime) pourrait augmenter l’espérance de vie (légèrement, et ceci a été prouvé chez les rats, cela dit, il est fort probable que ce soit la réalité pour tous les mammifères, dont nous).

    Donc, hey, pourquoi pas faire cette diète.

    Malheureusement, à chaque fois que vous faites une diète… Votre corps apprend à se défendre contre celle-ci.

    Et comment se défend-il ?

    Vous avez deviné, en limitant/arrêtant la perte de poids.

    Vous l’avez déjà vécu… Lors de votre dernière diète, à un moment, le poids ne descendait plus, pas vrai ?

    Eh bien, c’est votre corps qui s’est habitué à la diète.

    Et il n’oublie pas ces adaptations. Chaque année, il sera plus rapide et plus efficace à l’adaptation.

    Ce qui fait que chaque année, perdre les mêmes kilos sera plus difficile, plus long et le poids se bloquera plus rapidement.

    Donc, comment sortir de ce cercle vicieux et aller chercher votre physique de plage une fois pour toute ?

    La réponse dans la vidéo ci-dessous :

    Sérieusement ?

    Non, mais il faut vraiment être idiot pour penser qu’on peut maigrir en mangeant ce qu’on veut…

    Et c’est ce que j’entends tous les jours. Par mails, commentaires, conversations, etc.

    Pourtant en 2015, j’ai fait l’expérience. Et ça a fonctionné. J’ai obtenu les meilleurs résultats. J’ai perdu plus de 10 kilos, sans me priver, sans craquer, sans m’auto-flageller mentalement. C’était une énorme réussite. Donc, j’ai testé l’approche sur mes clientes et clients.

    De nouveau, un succès pour elles et eux.

    Depuis 2015. Ca fait 4 années maintenant que je coache les gens en leur disant de manger ce qu’ils veulent. Et les résultats que j’obtiens pour eux sont exceptionnels.

    Mais, encore maintenant, beaucoup de monde doute de cette approche. Malgré son succès.

    Parce qu’on nous a appris que maigrir, c’est dur. Maigrir, c’est des privations.

    On nous a aussi appris qu’il ne fallait pas interagir avec les inconnus… Pourtant vous lisez maintenant ces lignes, nous ne nous sommes jamais rencontrés.

    Parfois, il faut juste remettre en question ce qu’on nous a appris.

    J’ai eu de la chance…

    J’ai toujours été fasciné par la médecine et le corps humain. Je voulais comprendre comment il fonctionne. Donc, j’ai étudié, terminé et réussi des études de master kinésithérapeute. Et là, j’ai appris que la science évolue en permanence et que ce qu’on pensait être vrai il y a 20 ans ne l’est juste pas. J’ai appris que j’avais suffisamment de cerveau que pour penser par moi même et penser de façon scientifique.

    A savoir, non pas en termes de “par le passé, c’était comme cela”, mais plutôt en termes “faits, observations et expériences”.

    Donc, la bonne nouvelle est que vous pouvez manger ce que vous voulez, et quand même maigrir.

    Parce que hey, Jimmy ou Sandy, les croquettes du coin, ils mangent de tout et n’importe quoi, sans prendre du poids, donc il y a forcément quelque chose qui cloche avec la mentalité de “il faut manger que du sain pour maigrir”.

    Et souvent, j’entends “génétique”…

    Et souvent, les personnes utilisant le mot génétique ne sont pas des scientifiques, n’ont fait aucune étude sur leurs gènes.

    Souvent, il s’agit d’observations suite auxquelles la famille proche est aussi en surpoids, ou suite aux difficultés de la personne à maigrir.

    Oh, n’est-il pas tellement plus simple d’accuser les lois de la nature ?

    Il est vrai que la génétique joue un rôle. Mais après plus de 7 années à coacher en ligne, j’ai à peu près tout vu. D’anorexie à obésité méga-morbide.

    Et vous savez quoi ?

    La génétique ne semble pas empêcher les gens de perdre du poids, de transformer leur physique.

    Non, non. Ce qui semble les en empêcher, c’est la perception de leur capacité à réussir.

    CA…

    Ca, c’est le véritable ennemi.

    Parce que votre génétique va vous limiter dans votre capacité de prise musculaire, et dans la capacité maximale de votre métabolisme. Vrai.

    Cela dit, tout le monde peut maigrir. Tout le monde. Plus difficile pour certains (hey, j’en sais quelque chose, les gens viennent chez moi quand tout autre option a raté), mais tout le monde peut y parvenir.

    Donc, comment maigrir en mangeant tout ce que vous voulez ?

    Et ce n’est pas toujours facile à entendre… Ou à dire.

    A tous les niveaux.

    En tant que coach, je veux encourager les gens à faire de leur mieux. Et souvent les gens ne se lancent pas dans leur transformation physique parce qu’ils ont justement trop peur que ce soit dur ou qu’ils échouent.

    Au début de ma carrière, j’encourageais énormément les gens, en essayant de minimiser les difficultés. Et ça marchait plutôt bien.

    Par contre, pour les gens pour qui la transformation physique est plus dure, physiquement et/ou mentalement, cette approche était un désastre.

    Parce qu’ils/elles n’étaient pas préparé(e)s pour ce qui allait arriver. Vu que je ne disais que des choses positives, ce qu’on peut attendre d’un coach, mes clients n’étaient juste pas prêts à se prendre la violence d’une transformation physique récalcitrante (et si vous avez fait plusieurs régimes et avez plus de 30 ans, ce sera probablement votre cas).

    Donc, au final, en étant juste positif, pour ces personnes, le résultat n’était pas à 100%.

    Ce faisant, j’ai commencé à dire clairement à mes clients et clientes qu’ils allaient en baver (quand il s’agissait d’une personne qui allait probablement en baver). J’ai commencé à leur dire comme ça allait être pénible.

    MAIS

    Qu’ils pouvaient réussir s’ils étaient prêts à s’accrocher.

    Et ça, c’est la réalité. Quoi qu’on fasse dans la vie, si c’est un résultat impressionnant, ce sera de toute façon difficile. Donc, autant le dire de suite, que ce soit clair.

    Parce que souvent, quand les gens entendent “ça va aller facilement”, ça met une nouvelle pression. Ca met un nouveau standard à atteindre.

    Par contre, si on dit “ça va être difficile”, on enlève la pression de performance. Pression que, de toute façon, la plupart des gens ayant fait plusieurs régimes pensent, tout au fond, ne jamais pouvoir atteindre.

    Ca m’a choqué…

    Quand j’ai découvert que, comme moi, la plupart des gens qui ont fait plusieurs régimes pensent qu’ils ne vont jamais réussir. A ce moment, je me suis dis “je ne suis pas le seul fou!” 😛

    On pense certaines choses par rapport à nos capacités, qui sont fondées sur d’anciennes idées.

    Par exemple, ça m’a toujours fasciné, comment se fait il qu’on parvienne à attacher un éléphant adulte à un petit poteau ?

    —> Tout simplement parce qu’on l’y a attaché quand il était petit, qu’il a lutté, pendant des jours, en vain. Il a donc accepté qu’il ne pouvait pas se séparer du poteau. Des années plus tard, il pourrait arracher le poteau du sol sans problème, mais il ne le fait pas, parce qu’au fond, il pense ne pas pouvoir y parvenir.

    Je suis coupable de ce style de pensées, tout comme beaucoup de monde.

    Donc, quand je leur dis, enlever le poteau est difficile mais tu peux y arriver, ça leur parle bien plus que de leur dire “facile, facile”. Parce qu’ils luttent avec le poteau depuis des années, sans succès. Donc, ils savent déjà que c’est dur.

    Bref, cette vidéo s’adresse aux personnes qui luttent avec leur poids, avec les diètes depuis plusieurs années. Ca va être dur. Physiquement et surtout mentalement. Mais c’est faisable !

    Comment accélérer le processus de perte de poids et reprendre plus rapidement le contrôle de son corps ?

    Au final, chaque mail/commentaire/question que je reçois contient cette question.

    Donc aujourd’hui, parlons de l’astuce pour maigrir plus facilement – Et attention, sans devoir faire plus.

    En fait, tout du contraire, cette astuce va vous permettre de faire moins, et d’améliorer votre santé par la même occasion.

    Bref, d’une pierre deux coups comme on dit !

    Cela dit, elle n’est pas facile à mettre en place. Car elle vous poussera à changer certaines habitudes que vous avez actuellement qui vous bloquent dans votre effort de perte de poids.

    Et cette astuce est aussi bien valable pour les femmes que pour les hommes !

    Aïe, ça va faire mal…

    Ou pas !

    Parce que nous allons voir pourquoi il est inutile/contre-productif de vous lapider le cerveau quand vous montez sur la balance.

    Dans notre société d’aujourd’hui, le poids est synonyme de graisse. Si on prend du poids, c’est qu’on a pris du gras. Et c’est vrai…

    Si vous ne faites pas de renforcement musculaire et si votre poids augmente depuis plusieurs semaines.

    Cela dit, si le poids monte puis s’arrête, ça ne veut pas forcément dire que vous avez pris du poids ! Au contraire, ça pourrait vouloir dire que vous avez pris du muscle ou pleins, pleins d’autres choses.

    On voit le poids que LA métrique, LA chose qui détermine si on perd/prend du gras. Ce n’est pas compliqué, il suffit de regarder à Google. Tapez “Comment perdre”. Vous allez voir les suggestions. Avant la suggestion “graisse”, vous aurez la suggestion “poids”.

    Ce qui m’a toujours surpris.

    Pour les gens, il est plus important de perdre du poids que de la graisse ????

    En tout cas, c’est ce que la majorité recherche.

    Donc, voyons aujourd’hui comment votre poids vous trompe et vous amène en fait à prendre du gras sur le long terme !

    On a tous et toutes vécu ça.

    Tout va bien, le poids descend, on perd du gras et la vie est belle. Ensuite, un jour sans prévénir, on pète un cable et on vide les tiroirs, on vide le frigo et on mange tout ce qui passe dans notre champ de vision.

    Le lendemain, la balance fait mal, le miroir fait mal et le mental fait mal.

    Mais pourquoi est-ce arrivé ? Et comment est-ce arrivé ? Et pourquoi est-ce que ça tue nos efforts et nous fait perdre confiance ?

    Pour commencer, nous n’avions jamais la confiance… Aussi simple que ça.

    Il est rare de trouver quelqu’un qui a confiance dans son processus de perte de poids… Si c’est la 1ère fois qu’on fait une diète, on est perdu et on ne sait pas ce qui va se passer. Et comme la plupart des gens, quand on a déjà fait des diètes par le passé, elles ont quasi toutes raté donc on sait ce qui va se passer… C’est-à-dire qu’on va rater à nouveau.

    Et c’est la base du problème.

    Ensuite, tout s’enroule autour de cette épine. Parce que si on pense qu’on ne va pas y arriver, notre cerveau va vouloir intervenir. Après tout, notre cerveau a construit les pyramides, les grattes-ciels et a dominé la terre… Donc, on a plutôt un cerveau puissant.

    Et il est fainéant, ce qui est normal vu que pour survivre et arriver jusqu’ici, les cerveaux les plus fainéants étaient ceux qui survivaient.

    Donc, s’il est puissant et fainéant et qu’on lui dit “ça sert à rien, je vais rater mais je vais quand même faire plein d’efforts”, à un moment, il va mettre le stop.

    Et ce stop arrive pour beaucoup de monde lorsqu’on craque.

    Parce qu’on pense que c’est tellement de grave de craquer sur sa diète et que c’est la fin du monde et qu’on a ruiné tous nos efforts (ce n’est pas le cas). Et on pense comme cela, car notre cerveau veut qu’on s’arrête, donc il rend notre processus de réflexion flou pour nous “aider” à arrêter.

    Donc, quand on sait tout ça, il y a plusieurs choses à faire.

    La 1ère est de se rendre compte de ce processus mental et émotionnel. Qui est basé sur des bases solides, vu que notre cerveau a vu nos échecs précédents (donc il ne sert à rien de faire du positivisme et de se dire “non, ça va aller, non ça va aller”, notre cerveau étant plutôt évolué, il sait quand on lui raconte des c*uilles).

    La 2e est de prendre le contrôle de notre “statut” émotionnel en régime. On veut perdre du poids, bien. On a jamais réellement réussi à le perdre, bien. Ca va partir dans tous les sens dans la tête. Et c’est normal. Ca va être le chaos. Mais il va falloir gérer. Il va falloir utiliser votre volonté et votre discipline pour rester sur le bon chemin, parce que votre tête va vous faire partir dans tous les sens. Dès que vous commencerez à perdre moins, votre cerveau va vous envoyer faire une balade sur le chemin de la remise en question, ensuite si le poids ne bouge plus, il va vous envoyer sur le chemin du désespoir, etc.

    Vous connaissez déjà tout ça. Vous l’avez déjà vécu.

    Mais maintenant, il faut intégrer ces expériences précédentes et en tirer des leçons qui DOIVENT dicter votre conduite. Il ne s’agit pas de dire “oui, j’ai tendance à perdre la tête”. Il s’agit de trouver des solutions, donc qu’est-ce qu’on fait quand on perd la tête ? Comment on gère ?

    Le tout pour perdre du poids et ne jamais le reprendre, c’est qu’il faut vous mettre dans une position où vous pouvez gagner. Beaucoup de monde ne le font pas. Beaucoup de monde fonce juste, sans se soucier de l’après. Mais ça les rend plus sages par la suite, parce qu’ils apprennent la mauvaise façon de faire les choses, ce qui leur permet de s’améliorer.

    Et aujourd’hui, nous allons creuser. Comment et pourquoi on craque et comment gérer un craquage quand on le vit ? Tout est dans la vidéo ci-dessous :

    Parce que juste se présenter à la salle de fitness/sport ne vous apportera pas forcément les résultats que vous cherchez.

    Donc, comment faire en sorte que chaque exercice que vous fassiez soit efficace ? Nous le voyons dans la vidéo d’aujourd’hui !

    Ca fait depuis 2004 que je me trouve dans des salles de fitness. J’ai pu voir beaucoup de choses, comme vous vous en doutez. Mais la chose que j’ai pu voir le plus fréquemment, et ça gagne haut la main, c’est la faible efficacité des entrainements de Mr, Mme tout le monde.

    Je vois des gens en salle 2-3x/semaine, pendant des mois, sans voir leur physique évoluer.

    J’en vois qui se tuent à chaque séance mais qui pourtant n’en récoltent pas les résultats. Pourquoi ?

    C’est assez simple en fait… C’est un peu comme jouer au tennis sans vraiment y jouer. Comme se contenter de retaper dans la balle et de se dire que la balle ira là où elle ira.

    Malheureusement, ça ne marche pas comme ça. Si vous allez dans une salle de sport sans une routine précise, avec un objectif précis… Vous n’en récolterez pas les résultats. Voyons dans la vidéo d’aujourd’hui comment vous pouvez faire pour optimiser chaque exercice !

    Ou comment perdre 10 kilos en moins de 2 semaines ?

    Est-ce seulement faisable ?

    OUI, ça l’est. Vous pouvez y arriver, comme un peu tout le monde peut y parvenir. Ce ne sera clairement pas facile, ce sera 10 jours d’enfer, mais c’est faisable.

    Et comment ?

    C’est simple… Il suffit de ne plus rien manger, ou quasi… Et vous perdrez pleiiin de kilos en quelques jours.

    Maintenant, pourquoi allez-vous perdre tous ces kilos si rapidement si vous arrêtez de manger ?

    La raison est simple… Parce que ce ne sera pas que du gras. Vous allez perdre du gras, beaucoup, mais ce ne sera pas le gras qui représentera la majorité de votre perte de poids si vous la faites si rapidement.

    Pourquoi ?

    Parce que lorsque vous passez sur une diète très très intense, avec peu d’aliments, peu de sucres (glucides) et peu de sel, eh bien, votre corps se “vide”.

    Vous vous retrouvez donc à perdre beaucoup de poids, mais c’est principalement de l’eau, du glycogène (qui est la source énergétique de préférence du corps lors d’un effort physique) et le poids des aliments mangés (forcément, si vous mangez d’habitude 1kg d’aliment puis que vous n’en mangez que 200gr, vous venez de perdre 800gr sur les jours suivant sans avoir changé quoi que ce soit).

    Donc, oui, vous allez perdre du gras. Mais pas tant que ça. Car un kilo de gras c’est 8.000 calories. Et pour perdre 8.000 calories, il faut du temps vu que le métabolisme moyen brule entre 2.000 et 3.000 calories.

    Un peu comme si vous vouliez faire un marathon (une transformation physique est un marathon), mais que vous vouliez partir en sprint parce que hey, vous voulez avancer rapidement et finir la course rapidement.

    Vous savez ce qui va se passer ?

    Vous allez juste être épuisé(e) après les 500 premiers mètres. Mais il reste encore des km à parcourir !

    Donc oui, faire un énorme régime de 10 jours vous permettra de perdre beaucoup de poids rapidement, et peut être de perdre 2-3kg de gras. Mais après, vous avez encore le reste du gras à perdre. Et après ça, vous devez encore faire en sorte de ne pas le reprendre…

    Bref, c’est du suicide.

    Si vous devez juste retenir une note de cet article, ce sera celle-ci, à savoir que faire une diète intense et brève, pour votre transformation physique, c’est du suicide.

    Et on va voir en détails pourquoi dans la vidéo ci-dessous :

    Ah, le cheat meal. Ou mieux, le cheat day.

    Un repas ou une journée de liberté. J’en ai bien abusé par le passé, je dois l’avouer.

    Et, aujourd’hui, ce concept de cheat meal et cheat day me semble vieux. Quasi dépassé.

    Mais apparemment pas ! Donc, parlons-en.

    Parce que le cheat meal/day, une crasse dont il faudrait se débarrasser. Donc, voici pourquoi et comment.

    Vu que notre objectif est de perdre du poids et sculpter notre corps, il nous faut choisir les options qui nous aideront à y parvenir sur le court/moyen/long terme.

    Malheureusement, pour perdre du poids efficacement, le cheat meal/day ne fonctionne que sur le très court terme. Et passer un certain point dans votre diète, il ne fonctionnera juste plus.

    Votre corps sera en mode survie, donc dès qu’il aura ce cheat meal/day, ce sera tout stocké et les efforts de la semaine seront perdus.

    Aussi, avec la diète, vous aurez tendance à faire des cheat meal/day de plus en plus intenses et caloriques. Ce qui limitera encore plus vos progrès.

    Et vous vous retrouverez à faire comme les boulimiques… A manger énormément d’un seul coup et à devoir aller purger tout ça parce que vous vous sentez juste mal… Physiquement et mentalement.

    C’est ce qui m’est arrivé. Tout comme à beaucoup des personnes que j’ai coachées à travers les années.

    En bref, le cheat meal/day ne fait que renforcer de mauvaises choses, mais oui, il permet de survivre au quotidien du régime et de la restriction calorique.

    Mais, faut-il se tirer une balle dans le pied pour ne plus sentir la douleur du clou qui nous est rentré dans le talon ?

    Parce que mettre en place des cheat meal/day est la meilleure façon de mettre un terme à une diète. Pas parce qu’ils sont mauvais en tant que tel, hey, ce sont juste des calories. Mais parce qu’ils entrainent votre cerveau à arrêté la diète pendant ce repas/jour.

    Je propose une autre façon de voir les choses, toujours dans l’objectif de perdre du gras sur le long terme. Et cette autre façon de voir les choses est radicalement différente (et produit des résultats radicalement différents – ouf).

    Nous en parlons en détails dans la vidéo ci-dessous :

    On le sait tous…

    C’est le mental qui fait la différence.

    Que ce soit en diète ou quoi que ce soit.

    Et ça ne veut pas dire que si on a pas les résultats qu’on veut, c’est parce qu’on a pas le mental. Non, non. Souvent, les gens qui ne parviennent plus à perdre de poids sont les personnes qui ont TROP de force mentale et qui pousse leur corps TROP loin.

    Quand on dit mental, on dit approche. On dit structure, on dit stratégie.

    Avoir le mental ne veut pas dire foncer tête baissée comme une brute, en ne mangeant plus que poulet-haricots pendant des mois.

    Avoir le mental veut dire faire les choses qu’il faut faire pour parvenir à son objectif. Et foncer tête baissée n’est juste pas une chose qui vous permettra d’atteindre votre objectif fitness.

    Parce que le corps ne fonctionne pas en flèche droite. Le corps bouge, change et évolue.

    Donc, comment atteindre son objectif avec une approche rigide quand la cible est mobile ?

    Yep, il faut une approche mobile aussi. Et ça, c’est avoir le mental.

    Et avoir le mental est bien plus dur que de juste foncer tête baissée…

    La preuve, tout le monde fonce tête baissée.

    Pour transformer son physique, il faut analyser l’impact de votre alimentation sur celui-ci. Il faut analyser votre entrainement et votre rythme de vie.

    Et ensuite, il faut s’y adapter.

    Il faut réfléchir, pour réussir.

    Même en fitness.

    Donc, comment avoir le mental lors de votre transformation physique ? Comment contrôler le chaos ?

    La réponse est ci-dessous :

    Comme tout dans la vie… Ca ne va jamais toujours dans le sens qu’on veut 😉

    A un moment où l’autre, il y a toujours quelque chose qui va nous mettre à l’épreuve. Que ce soit physiquement ou mentalement.

    Et dans ce cas, on parle de limite physique. Un peu comme là maintenant, il est impossible que vous puissiez sauter à plus de 2m de haut, il est aussi impossible pour votre corps de perdre du poids sans jamais s’arrêter (sinon, nous n’aurions jamais survécu à l’âge de pierre !).

    Donc, un plateau de poids, quand le poids ne bouge plus et que vous ne perdez plus de gras… Ca, c’est inévitable !

    Mais ce n’est pas parce que c’est inévitable qu’on ne sait rien y faire 😉

    Et la marche à suivre est très paradoxale. Et c’est sans doute pour ça que la majorité des gens ne parviennent pas à dépasser le premier plateau de poids qu’ils rencontrent dans leur diète. Malheureusement.

    Si vous avez des objectifs ambitieux (perdre plus de 10 kilos, devenir très sec), vous aurez au moins 1 plateau de poids, voir plusieurs (en moyenne, 3 à 5 par diète ambitieuse). Donc, pour réussir à perdre le gras, il faut savoir gérer un plateau de poids. Ce que nous allons voir aujourd’hui dans la vidéo ci-dessous !

    Au final, un plateau de poids, c’est juste votre corps qui se bloque. C’est juste votre corps qui a peur de continuer à perdre du poids. C’est un mécanisme de survie. Un peu comme quand vous mettez votre main sur quelque chose de chaud, vous allez avoir le réflexe de retirer votre main immédiatement. On doit juste apprendre à votre corps à rester dans le chaud et à continuer à bruler le gras.

    On parle souvent d’apport calorique idéal… De la quantité de calories qui permet d’atteindre ses objectifs.

    On vise, on calibre, puis PAM, on y arrive.

    Et j’aime la confiance que cette approche prône. Par contre, j’aime moins le fait qu’elle repose sur la sélection d’un chiffre magique qui permette d’atteindre n’importe quel objectif.

    Beaucoup de coaches proposent des chiffres magiques. Pas forcément parce que c’est la meilleure option, mais parce qu’en général, ça marche bien et vite pour obtenir des résultats.

    Attention, on parle d’obtenir des résultats. Pas de transformer son corps à vie ou ce genre de choses 😉

    Donc, j’entends souvent de mes clients, ou même par mails, que des coaches leur ont dit de manger 1.500 calories, 1.000 calories, parfois même 600 calories (yep).

    Et je comprends ces coaches. Nous, on est payé pour offrir des résultats, le plus rapidement possible. Donc, notre objectif à nous, c’est de faire la transformation physique la plus rapide. Après, que la personne reprenne par la suite, ce n’est pas notre faute.

    Bref, c’est un modèle que je déteste. Mais je comprends les coaches qui le font. Parce qu’au final, c’est la demande. Les gens veulent perdre le plus rapidement possible.

    Mais la réalité est que perdre le plus vite possible n’est que rarement une bonne idée.

    Donc, ici, les coaches devraient se positionner. Mais bon, ce n’est pas évident de dire à quelqu’un “hey, pour toi, il faut d’abord soigner ton métabolisme et puis perdre du poids”.

    Je le fais, personnellement, parce que je suis perfectionniste et parce que je me pense professionnel.

    Mais aussi, la plupart des gens qui viennent vers moi sont dans une situation où ils ont déjà fait toutes ces diètes rapides et agressives et ils savent qu’elles ne fonctionnent pas. Donc ça me simplifie la vie.

    Bref.

    Quand on parle d’apport calorique idéal il faut absolument comprendre quelque chose, c’est-à-dire, que celui-ci n’est pas un chiffre standard. Il n’y a pas de chiffre magique qui existe. Il y en a qui sont efficaces pour vous, et d’autres qui sont juste mauvais.

    On en parle dans la vidéo ci-dessous :